Catégorie : Hastingues

Camping et Locations de Vacances sur Hastingues (Landes) 40

Ce n’est plus tout à fait les Landes, pas encore le Pays basque, mais un peu les deux à la fois. Sur la rive gauche des Gaves réunis, se dresse depuis le XIIIe siècle la bastide distingues. Elle doit son nom à John Hastings, alors sénéchal de Gascogne sous domination anglaise, qui voyait là l’occasion de contrôler la plaine d’Orthe et le trafic fluvial entre les gaves et PAdour. Maintes fois pillé et incendié, Hastingues conserve néanmoins une partie de ses fortifications, dont une imposante tour sous laquelle un passage voûté en berceau brisé marque aujourd’hui encore l’entrée du village.Le long des ruelles se dressent quelques bâtiments remarquables : la maison du Sénéchal (ou maisonXIVLaplante), construite au tournant des XIVe et XVe siècles, conserve toutes les caractéristiques du style anglais, avec sa porte abondamment sculptée surmontée d’un frontispice. La maison des Jurats, bâtie en blocs de calcaire aux XV’ et XVI’ siècles sur la place centrale, présente des fenêtres a meneaux sur ses deux étages ainsi qu’une tourelle d’escalier. L’église Saint-Sauveur, quant à elle, fut rebâtie au XVII0 siècle sur le site d’une église primitive.

Vers l’abbaye d’Artois

Le véritable trésor distingues se trouve à quelques encablures du village, au bord du ruisseau d’Arthous. Il s’agit de l’abbaye Sainte-Marie d’Arthous, fondée en 1167 par l’ordre des chanoines prémontrés. L’église abbatiale d’époque romane est parfaitement conservée, avec son abside et ses deux absidioles ornées de 35 modillons et sa nef de 33 mètres de long. Les bâtiments conventuels ont été restaurés XVIIà partir du XVIIe siècle dans le style traditionnel des maisons landaises à colombages. L’abbaye abrite un musée, conçu pour le public familial, qui propose une plongée dans la riche histoire du pays d’Orthe, depuis les premières occupations humaines remontant à la préhistoire à aujourd’hui, en passant par l’époque gallo-romaine et le Moyen Âge. D’exceptionnelles œuvres d’art magdaléniennes sculptées et gravées y sont notamment exposées.