HAUT
Image | Alt

Forêt des Landes

La forêt des Landes

Les Landes: Le département français des Landes (40), peu peuplé et très boisé fait partie de la région Aquitaine.

Forêt des Landes

Forêt des Landes

Les Landes, deuxième département de France avec une superficie d’environ un million d’hectares, a été créé en 1790 en réunissant administrativement une mosaïque de quatorze petites communes : Grande Lande, Petite Lande, Mont-de-Marsan, Bas-Armagnac, Gabardan, Tursan, Albert, Born, Marensin, Maremne, Chalosse, Seignaux, Gosse et Orthe.

La rivière Adour

riviere-adour-Landes-40

La rivière « Adour » dans les Landes

La rivière Adour est la ligne de démarcation entre les deux paysages très différents qui composent la forêt des Landes au nord et les terres agricoles vallonnées au sud. Au nord, sur une base de sédiments calcaires consolidés (alios), recouverts de sable, pousse la forêt de Born, Marensin, Maremne, Grande Lande et Marsan. A l’est, cette zone est bordée par le Bas-Armagnac. Au sud, où la terre est fertile et vallonnée, sans alios ni sable, les régions locales sont Gosse, Seignaux, Chalosse et Tursan.

La faible population des Landes, environ 409 000 habitants, n’a pas beaucoup changée depuis 150 ans, la plus grande partie se situant dans les régions au sud de l’Adour, pays de la Chalosse et du Tursan.

Avant de devenir la plus grande étendue de forêt de France au XIXe siècle, cette terre non fertile de sol sableux mouvant méritait vraiment le nom de « lande ». Il était connu sous le nom de Sahara français. Il n’a attiré ni immigration, ni trafic commercial.

«La traversée de la lande était redoutée par les pèlerins se rendant à Saint-Jacques-de-Compostelle; ils ont indiqués qu’ils ne pouvaient trouver ni pain, ni viande, ni fontaine. C’était un terrain plat de marais … sans pratiquement aucun chemin, les pèlerins étaient souvent jusqu’aux genoux dans le sable marin. »

C’était un vaste paysage assez plat de landes stériles, devenant des marais en hiver lorsque les rivières gonflaient et inondaient.

«Autrefois, les eaux stagnantes et les marais situés sur la plus grande partie du département des Landes, rendaient malades les classes malheureuses qui y végétalisaient et dont la plupart mouraient de fièvres; tandis que les travailleurs de la résine, maigres et condamnés à une mort prématurée, vivaient dans des cabanes inadéquates dans les forêts humides. »

«À l’intérieur des terres du golfe de Gascogne se trouve un tronçon de territoire appelé« les Landes ». Autrefois, il était bordé de grandes dunes de sable solitaires qui le protégeaient de la mer. Derrière eux se trouvaient les « mauvaises terres » qui étaient, parfois, des « Saharas »torrides, où d’étranges sources chaudes, des tourbières étranges et des marais, des étendues de vastes forêts de pins et des plaines qui s’étendaient vers une immensité morne et étanche, constituaient le paysage.

Les sables, emportés par les vents violents de la mer, couvraient des flaques d’eau stagnante et les dissimulaient à l’œil du malheureux piéton; et, se propageant en avant, ces mêmes vents couvraient souvent des villages entiers avec du sable et obligeaient les pauvres habitants à se retirer et à reconstruire ailleurs. Ces empiètements, que les ignorants étaient impuissants à contrôler, faisaient du quartier un désert de terreur et de terreur terrible, un désert dont la monotonie n’était brisée que par les phénomènes terrifiants de la tempête de sable et des eaux bouillonnantes d’une chaleur inexplicable. Grâce à l’industrie et à la science, la misère humaine de ces petites steppes a diminué; et avant ce «progrès de la culture», toute la physionomie du pays a changé. Les forêts brisent les longues lignes des plaines, les dunes deviennent de petites collines arrondies et boisées; et si la nouvelle croissance semble quelque peu maigre et la terre encore stérile, son apparence désertique disparaît et elle perd progressivement son caractère lugubre et ses industries curieuses. »

La forêt des Landes d’origine s’est développée naturellement le long des rivières et sur le littoral. En 1800, il couvrait 250 000 hectares. Le reste de la campagne départementale des Landes est constituée de landes, plus ou moins marécageuses, domaine incontesté du berger. Pour se déplacer dans ce paysage malheureux, les bergers ont dû utiliser des échasses.

Au bord de la mer, les dunes mouvantes, érodées par la brise marine et les «courants» , ont envahi, étouffé et enterré les villages et la forêt des Landes. C’est pour se protéger du sable qui s’empiétait régulièrement que les habitants ont stabilisé le sable et canalisé les «courants» – les petits ruisseaux qui descendent vers l’océan Atlantique.

Ici et là, la fixation des dunes s’est faite à partir du XVIIIe siècle, mais ce n’est qu’avec la création par l’Etat d’une Commission des Dunes que les travaux, inspirés de ceux des propriétaires landais locaux, avancent sérieusement. En 1817, 4000 hectares de sable ont été fixés et en 1825, tout le littoral s’est stabilisé. À partir de 1862, le Service des eaux et forêts a réussi à maintenir la ligne de dunes côtières. (Les événements de 1914-18 et 1939-45 ont endommagé les dunes, et ce n’est qu’en 1950 que le profil idéal des dunes a été rendu avec le travail des bulldozers.)

INFO : Notez que cette histoire est quelque peu différente de ce qui s’est passé plus au nord des Landes, à proximité de la ville de Bordeaux et du bassin d’Archachon.

Il a fallu plusieurs décennies avant que les travaux d’assèchement des marais landais et de la plantation des arbres de la forêt des Landes soient terminés. Lieu insalubre, les marais étaient le siège de maladies comme le paludisme, qui a pris en 48 heures le maire de Lit-et-Mixe et son fils. Ces deux personnes étaient le beau-frère et le neveu de Henri Crouzet, que l’empereur Napoléon III avait nommé pour nettoyer les Landes. Dans le cadre de son amour pour le département des Landes, Napoléon III a acheté une superficie de 8 000 hectares de terres incultes dans la «Grande Lande» qu’il a baptisée Solférino, et à sa tête il a mis Henri Crouzet.

Cet homme, qui avait une excellente connaissance du terrain et du drainage effectué par les Landais, est considéré comme l’inspirateur de la loi de 1857. À Solférino, il réussit si bien son nettoyage des terres que le domaine impérial devient une zone expérimentale de premier ordre. Crouzet a créé de nombreuses routes agricoles, établi de nouvelles cultures et asséché le marais d’Orx, au sud des Landes. Crouzet a eu l’avantage d’épouser un descendant de L.M.Desbiey qui a réalisé les premiers travaux de réparation des dunes au XVIIIe siècle.

La loi imposée par l’empereur Napoléon III en 1857 a ordonné que toutes les communes de Gascogne dans les Landes, et pas seulement le littoral, soient drainées puis plantées de pins maritimes, rendant la terre utilisable et riche. Petit à petit, les pins ont recouvert les Landes, changeant le paysage et réduisant l’étendue de plus de 100 000 hectares de landes. Cela a fait place à la jeune forêt qui allait devenir l’une des plus grandes forêts industrielles d’Europe.

Forêt des Landes : Pourquoi a t’on planté la Forêt des Landes?

FORÊT DES LANDES : Cette magnifique et vaste Forêt des landes de plus d’un Million d’ Hectares, est considéré comme étant le massif forestier le plus vaste de France et certainement l’un des plus grande forêt d’ Europe.Cette Vaste Forêt des Landes, n’est pas repartie que sur le Département des Landes (40) mais aussi sur la Gironde (33) avec une partie sur le département du Lot-et-Garonne.Chacun de ces 3 département formant une sorte de « Triangle » formant la pointe de Grave au nord, Nérac à l’est et Hossegor au sud.

La plus grande partie de cette vaste Forêt des Landes, est composés de PINS MARITIMES qui furent plantés à la main, au début du XVIIIe siècle.

Tout a commencer par un immense désert sableux sur la partie Littorale, et une autre partie beaucoup plus marécageuse dans les Terres des Landes.

Avant que les Landes furent reconnue sur le plan touristiques, celles-ci n’étaient qu’une terre hostile et habitée que par quelques Bergers Locaux au mode de vie plutôt rustique !

FORÊT DES LANDES : Aux manettes de cette gigantesque plantation de pins, NAPOLEON III

FORÊT DES LANDES : au début du XVIIIe siècle, de riches et ambitieux businessman, on l’idée ingénieuse de de gagner de l’argent en développent cette terre vierge de toute plantation. Ils commencèrent en plantant du riz, des arachides, de la feuille de tabac et en parallèle de ça envisage l’ élevage d’ animaux.Solder par un échec, une loi vu le jour 19 juin 1857 par Napoleon III, Obligeant les propriétaires terriens ainsi que les communes, a ensemencer les landes par plantation de pins afin de drainer et assainir la terre Landaise….

La Forêt des Landes

L’une des régions les plus intrigantes du sud de la France, la puissante et gigantesque Forêt des landes jouit d’une réputation de bon augure comme étant un élément artificiel qui a donné quelque chose à la nature. Ici, des pins maritimes dominent l’horizon, lançant des silhouettes captivantes sur le ciel bleu au-dessus de l’Aquitaine. Cependant, bien que l’apparence puisse séduire l’esthète, la signification pratique de la forêt des Landes est beaucoup moins claire.

Les Origines de La Forêt des Landes

Couvrant plus de 10 000 km2, y compris les Landes et la Gironde, il serait facile de supposer que la forêt des Landes existe depuis plus d’un siècle. Pourtant, avant sa création, il y avait beaucoup marécages couvrant la région; des marécages peu peuplés et navigables seulement avec des échasses pendant les mois humides.

En juin 1857, après l’adoption d’un décret mettant fin à l’exploitation pastorale traditionnelle de la région serait le catalyseur d’un programme de reboisement de la Forêt des Landes.

La Forêt des Landes et l’Influence sur la viticulture

L’influence de la forêt des Landes dépasserait en fin de compte cette industrie, son importance s’étendant à ce qui était, et reste, à l’industrie la plus importante de la région: la production de vin.

La célèbre région viticole du Médoc

Située à l’extrémité nord de la forêt des Landes  a été le principal bénéficiaire de la croissance de la forêt landaise. La section des Landes de Médoc de la péninsule utilise la forêt des landes pour s’abriter des vents froids de la mer entraînés par l’océan Atlantique. En tant que tel, les vignobles sont en mesure de prospérer et de soutenir la production de variétés telles que le merlot et le cabernet sauvignon.

Alors que la forêt des Landes continue d’assurer la protection de la région viticole du Médoc, de nombreuses autres industries forgées à partir de la terre ont cessées, à l’exception de certains bois pour la  fabrication de meubles. En tant que tel, la forêt des Landes a dû évoluer, et aujourd’hui le tourisme joue un rôle essentiel dans l’économie locale. En particulier, la forêt Landaise est une destination idéale pour entreprendre des vacances à vélo ou à pied, avec le terrain contrastant avec les plages de sable qui bordent la côte Aquitaine.

Découvrez la Forêt des Landes en Photo :Forêt-des-landes

FORÊT DES LANDES

FORÊT DES LANDES

FORÊT DES LANDES

FORÊT DES LANDES

FORÊT DES LANDES

FORÊT DES LANDES

FORÊT DES LANDES

FORÊT DES LANDES

foret des landes

foret des landes

 

Register Now!

Join the SetSail community today & set up a free account.